Comment une population en limite de son aire de répartition parvient-elle à se maintenir?

Le village de Baulmes, zone de nidification du Gobemouche noir

Le village de Baulmes, zone de nidification du Gobemouche noir

D’installation relativement récente dans le nord du canton de Vaud, le Gobemouche noir est une espèce qui utilise presque exclusivement les nichoirs artificiels pour sa nidification. Depuis son installation à  Baulmes, au début des années 70, l’espèce fait l’objet d’un suivi régulier portant annuellement sur le nombre de couples nicheurs, mais également, par des techniques de captures. baguage et recapture, sur l’identité des oiseaux constituant cette population. A Corcelles-près-Concise, Daniel Arrigo a entrepris un travail identique depuis 1988.

L’intérêt principal de cette étude réside dans le suivi à  long terme d’une population isolée en marge de son aire de répartition et ce dès son installation naturelle dans la région. Des contrôles systématiques des nichoirs permettent de connaître pour chaque nichée la date et la grandeur de ponte, le taux d’éclosion, le succès d’élevage, de même que l’identité et l’âge des femelles et des mâles nicheurs. Après une phase d’expansion rapide jusqu’en 1984, l’espèce s’est maintenue à  un effectif compris entre 20 et 25 couples jusqu’en 1988, pour ensuite diminuer de manière lente et régulière. Actuellement, cette population est au bord de l’extinction avec moins de 10 nids occupés annuellement. Si l’augmentation initiale a peut-âtre été freinée par le nombre de nichoirs disponibles, les fluctuations de la population sont par la suite totalement indépendantes de ce facteur. A Corcelles-près-Concise, la population semble bien mieux se maintenir.

Mâle de Gobemouche noir à  l'entrée de son nid

Mâle de Gobemouche noir à  l’entrée de son nid

Les Gobemouches noirs pondent en moyenne plus tard dans nos régions que dans le reste de l’Europe centrale et septentrionale et leur ponte est l’une des plus faibles connue en Europe. Ces deux paramètres sont liés et les facteurs autres que la latitude (altitude, habitat, compétition interspécifique, …) ne semblent pas pouvoir expliquer ces phénomènes. Etant donné la durée très courte de la saison de nidification de l’espèce et l’influence marquée de la date de ponte sur la production de cette population, on peut considérer ce retard comme un facteur limitant. Mais bien d’autres paramètres de la reproduction paraissent plus faibles que ce qui prévaut ailleurs en Europe. Ainsi le taux d’éclosion voisine les 80%, alors qu’il est très généralement supérieur à  90% ailleurs en Europe. Le succès à  l’envol est donc lui aussi très faible. Mais en examinant les variations de l’effectif, on remarque pourtant que c’est dans l’immigration d’oiseaux provenant d’autres populations que réside le principal facteur explicatif du développement positif ou négatif de cette population. Et ce recrutement est affecté d’une baisse constante et significative.

Travaux publiés:

RAVUSSIN Pierre-Alain et Cornelis NEET (1995) : Facteurs affectant la ponte d’une population de Gobemouche noir (Ficedula hypoleuca) dans l’ouest de la Suisse. Nos Oiseaux 43 : 163-178.

ARRIGO Daniel et Pierre-Alain RAVUSSIN (1999) : Un couple de Gobemouches noirs (Ficedula hypoleuca) niche sous le toit d’un chalet. Nos Oiseaux 46 : 265.

RAVUSSIN Pierre-Alain (2000) : La coloration du plumage du Gobemouche noir mâle (Ficedula hypoleuca) dans une population de l’ouest de la Suisse.
Nos Oiseaux 47 : 149-155.

Both Christiaan, Aleksandr V Artemyev., Bert Blaauw, Richard J. Cowie, Aarnoud, J. Dekhuizen, Tapio Eeva, Anders Enemar, Lars Gustafsson, Elena V. Ivankina, Antero Jãrvinen, Neil B. Metcalfe, N. Erik I. Nyholm, Jaime Potti, Pierre-Alain Ravussin, Juan Jose Sanz, Bengt Silverin, Fred M. Slater, Leonid V. Sokolov, Jànos Török, Wolfgang Winkel, Jonathan Wright, Herwig Zang, Marcel E.Visser (2004) : Large-scale geographical variation confirms that climate change causes birds to lay earlier.
Proc. R. Soc. Lond. B 271, 1657-1662.

Both, C., Sanz, J. J., Artemyev, A. A., Blaauw, B., Cowie, R. J., Dekhuijzen, A. J., Enemar, A., Järvinen, A., Nyholm, N. E. I., Potti, J., Ravussin, P.-A., Silverin, B., Slater, F. M., Sokolov, L. V., Winkel, W., Wright, J., & Zang, H. (2006b) : Pied flycatchers travelling from Africa to breed in Europe: differential effects of winter and migration conditions on breeding date.
Ardea, 93, (3): 511-525.

Ravussin, P.-A., D. Arrigo, M. Schaub & A. Roulin (2007) : Succès de la reproduction et taux de survie du Gobemouche noir Ficedula hypoleuca dans l’ouest de la Suisse, en marge de son aire de répartition.
Nos Oiseaux 54: 29-40.

Ravussin, P.-A. et D. Arrigo (2012) : Le Gobemouche noir Ficedula Hypoleuca en Suisse romande: Victime du réchauffement climatique. Nos Oiseaux 59: 23-37.

Lehtonen P.K., Laaksonen T., Artemyev A.V., Belskii E., Berg P.R., Both C., Buggiotti L., Bures S., Burgess M.D., Bushuev A.V., Krams I., Moreno J., Magi M., Nord A., Potti J., Ravussin P.-A., Sirkia P.M., Saetre G.-P., Winkel W. and Primmer C.R.: Candidate genes for colour and vision exhibit signals of selection across the pied flycatcher (Ficedula hypoleuca) breeding range.
Heredity 108: 431-440.