Diverses méthodes spécifiques à la capture des espèces étudiées ont été mises au point par les membres du GOBE au fil des années. La modernisation des techniques de suivi et de collecte des données nous permet d’année en année d’améliorer nos compétences tout en minimisant l’impact sur les espèces suivies.


Contrôles à la caméra

Le premier contrôle de la saison consiste à faire un recensement des nichoirs occupés. Ce passage général, exhaustif, de tous nos réseaux de nichoirs a pendant longtemps été effectué à l’échelle. L’extension progressive de nos réseaux ne nous permet plus ce fastidieux travail et une solution plus légère et efficace est devenue nécessaire.
Parmi nos membres, une succession de brillants bricoleurs a mis au point un système de contrôle par caméra des nichoirs. Après plusieurs versions de plus en plus légères, la solution actuelle est basée sur deux éléments clés :

  • Une caméra grand angle de type GoPro
  • Une perche télescopique

La caméra est montée au bout de la perche, ce qui permet de contrôler des nichoirs jusqu’à environ 8m de haut. Un éclairage est adapté à côté de la caméra afin de parfaitement visualiser le contenu du nid.
Les caméras de ce type ont de plus l’avantage de pouvoir être connectées sans fil à n’importe quel tablette/smartphone, elles cumulent également l’avantage de posséder une autonomie permettant une journée complète de contrôle.

Une fois la présence d’une femelle, la caméra est retirée prudemment du nichoir et le contrôle traditionnel à la filoche et échelle est effectué. Nous avons pu constater que le dérangement causé par l’entrée de la caméra dans le nichoir est particulièrement faible et ne semble causer qu’un stress minimal à la femelle/aux jeunes.

Ce système est employé avec succès depuis quelques saisons pour le contrôle des nichoirs à chouette de Tengmalm, chouette hulotte et de plus en plus fréquemment pour les nichoirs à faucon crécerelle.

Le coût de chaque équipement de contrôle (perche, caméra et petit matériel) avoisine 500.- CHF.
3 équipements complets sont à disposition de nos bagueurs.


Gestion numérique des documents

Une modernisation nécessaire

Le GOBE (Groupe Ornithologique de Baulmes et Environs) gère des projets de baguage en nichoirs pour 8 espèces. La coordination de ces projets requiert depuis longtemps une grande rigueur et une communication intensive entre les différents responsables et bagueurs.

La multiplication des projets et des bagueurs ainsi que la nécessité croissante d’homogénéiser la structure des différentes bases de données de mesures a mis en évidence le besoin de développer de nouveaux outils de collaboration.

Documents standardisés

Une collaboration efficace entre bagueurs passe par la mise au point de documents homogènes.
Ceux-ci regroupent notamment:

  • Des fiches de nids comportant tous les champs nécessaires à la saisie directement sur le terrain. Ces fiches doivent comporter au minimum les informations requises lors de la saisie sur RingExt.
  • Des fichiers de synthèse annuelle permettant une compilation rapide des fiches de nids, un suivi du réseau de nichoir ainsi qu’une comparaison entre saisons.

Ces fichiers ont été conçus de façon à faciliter le travail des bagueurs. Il s’agit de fichiers Excel.
Des cartes et autres documents de travail de terrain peuvent rapidement être extraites de ces données.

Synchronisation

Pour diminuer les incessants échanges de courriels, le recours à une solution de partage et de synchronisation de fichiers entre multiples utilisateurs s’imposait. Dropbox est le système multiplateforme le plus répandu et son système de partage est aisé d’utilisation.

Un dossier commun, regroupant les différents projets (espèces) est partagé entre les bagueurs et responsables de réseaux. Chacun de ces projets comporte les fiches de nids, en cours ou complétées, ainsi que les documents de terrain.

Au retour de chaque tournée, les fiches de nids sont mises à jour par le bagueur, de même qu’un listing des contrôles à faire. Toutes les modifications sont immédiatement répercutées chez lds autres participants au suivi.

Cette synchronisation permet une meilleure répartition du travail de suivi et à différents intervenants de suivre un nichoir sans problème de coordination ou de fusion de données.